Censure et caricatures

Non disponible.

... Exigeons en France le respect de notre religion fondamentale : la liberté, la liberté d'opinion et d'expression inscrite dans les droits internationaux de l'homme, la liberté de pratiquer la religion de son choix autant que celle de ne pas croire, la liberté de donner à penser par la dérision, de dessiner au deuxième degré, pour dédramatiser parfois, pour dénoncer souvent, mais toujours pour le rire !Ignorons les appels au choc des civilisations braillés par quelques mollahs hystériques, choc espéré par les extrêmes droites européennes ! La mèche de l'insignifiant pétard Mahomet danois fut trop longue pour être véritablement à l'origine de l'explosion de haine qui a secoué le monde musulman en février 2006.Avec ce faux procès intenté à l'humour, la preuve est faite, une fois encore, que la liberté d'expression n'est pas un confort mais toujours un combat. Depuis la Révolution française, la caricature participe aux débats politiques et eut, certes, longtemps à subir les assauts de la censure, mais, depuis un siècle, l'histoire de la presse regorge de dessins de combat que l'on jugerait aujourd'hui abominables sans que les Français d'alors ne s'en soient émus. De crainte d'être la risée de tous, aucun élu ne se risquerait aujourd'hui à faire interdire une caricature désobligeante, mais la réaction, cette fois, est organisée par des associations de diverses confessions religieuses, des complexés de l'irrationnel qui instrumentent les dessins humoristiques pour hurler au blasphème devant la presse et les tribunaux. Après les dessins, les mots, puis les simples pensées, gare à nous, l'inquisition de nouveau nous guette !En montrant les dessins interdits et de combat de l'histoire de la presse en France et dans le monde, cet ouvrage donne à voir le passé pour inciter à réfléchir sur le présent.

Les libraires vous invitent à consulter

Angoulême crée le prix Charlie de la liberté d'expression

Par publié le

Du 29 janvier au 1er février 2015 se tiendra la 42e édition du très célèbre Festival international de la BD d’Angoulême où la crème des bédéistes se rassemble. Un nouveau prix serait créé cette année en l’honneur des dessinateurs de presse ou de bd qui ne peuvent pas pratiquer leur métier librement : le « Charlie de la liberté d’expression ».  « Ce prix cessera d’être remis le jour où tous les dessinateurs du monde pourront s’exprimer librement. C’est dire qu’il a de l’avenir », a déclaré le dir

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres