Louis Robichaud

Éditeur LEMEAC
Paru le
Papier ISBN: 9782760912106
Pas en inventaire. Sur commande : Délai de 5 à 14 jours ouvrables

Révolution acadienne. Deux mots qui pèsent lourd dans l'histoire du Nouveau-Brunswick. Car c'est là que Louis Robichaud, premier ministre libéral de cette province de 1960 à 1970, a réussi une transformation qu'on ne croyait plus réalisable au XXe siècle et que cette biographie raconte avec passion.À 34 ans, ce jeune homme politique, admirateur de la « révolution tranquille » au Québec, sensible à l'influence du père Georges-Henri Lévesque à l'Université Laval où il avait fait ses études, à l'écoute du premier ministre jean Lesage et de Maurice Lamontagne (l'un des penseurs de l'ère nouvelle au Québec), avait acquis la conviction, comme l'indique madame Antonine Maillet en préface, que le temps était enfin venu de répondre «.aux aspirations de toute une province et non pas seulement aux rêves séculaires d'un peuple qui en constituait tout juste le tiers ». Il ne suffisait pas d'accorder aux seuls Acadiens ce qu'ils espéraient (ils allaient l'obtenir), il fallait aussi répondre aux besoins d'un demi-million d'électeurs anglophones.Voilà le pari que devait relever - et que releva - celui qu'on appelait familièrement «Ti-Louis ». Ainsi naquit un slogan qui répondait aux aspirations des deux peuples : « Chances égales pour tous ». C'est l'égalité dite sociale qui pouvait éliminer les injustices historiques et rétablir l'équilibre dans la province. Concrètement, il fallait un double ministère de l'éducation et la création en Acadie d'une université d'expression française pour assurer la survie de la double appartenance. Louis Robichaud affrontera une opposition de tous les instants à ses réformes : à l'hostilité des médias, des cartels de tous genres et surtout de l'industriel K.C. Irving, s'ajouteront les menaces de mort et de représailles, les dénonciations et les insultes.

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres